Ouvrage philosophique de Philippe Mengue

Nouvel ouvrage philosophique de Philippe Mengue
  

Espaces lisses et lignes de fuite

Ethique, esthétique et politique Deleuziennes

 




Dans ce recueil d’articles divers (d’éthique, d’esthétique et de politique) la question à l’horizon est celle de penser la possibilité de nouvelles formes de libertés dans les sociétés de contrôle asservies à la dictature mondiale des échanges commerciaux et des réseaux de communication. La démocratie et les droits de l’homme étaient une belle chose, ne sont-ils pas passés au service des pouvoirs de contrôle dont ils sont l’instrument si bien que l’espace nomade de liberté (lisse) est devenu un simulacre ? Par quel tour, torsion de l’espace, s’est fait cette subjugation ? Comment la beauté classique, académique, du type de celle du Lorrain, mettant en jeu un espace très contrôlé, perspectiviste, peut-elle quand même donner lieu à un espace de liberté et de désir qui a tant ému Nietzsche ? Pourquoi, enfin, ces modes amoureux étranges que sont le masochisme et le sadisme ? On doit les éclairer à partir de la notion de lignes de fuite, le masochiste pour fuir la dictature du plaisir et le sadien, par le blasphème et le sacrilège, tracer une réponse en direction de l’Autre qui le ravage par son absence.

Espaces lisses et lignes de fuite de Philippe Mengue

 

Publier
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Reddit] [Twitter] [Email]

Présentation de « Marcher, courir, nager, le corps en fuite »

La Mémoire du Monde vous invite

Jeudi 02 avril 2015 à 19h

Rencontre avec
Philippe Mengue
pour son ouvrage

Marcher Courir Nager
le corps en fuite
Editions Kimé

présentation par Daniel Liotta, professeur de philosophie en classes préparatoires au lycée Mistral

« Cet essai n’envisage du sport que ses activités élémentaires, marcher, courir, nager. Il ne constitue une étude ni historique, ni sociologique, ni psychologique du sport. ll se consacre à en dégager sa portée philosophique, métaphysique. Il s’agit de saisir le sens (« spirituel », si l’on veut) qui se trouve être immanent aux exercices corporels et qui rend raison de la joie ou ‘jouissance’ qui leur est inhérente. Si bien qu’il apparaîtra que les sports contemporains dits de ‘glisse’ se trouveront constituer la ligne hégémonique qui traversait déjà les sports anciens quand ils parvenaient à leur accomplissement interne (et qui n’a rien à voir avec les records ou les exploits). Le sens le plus haut et le plus beau du sport ne réside ni dans les victoires dans les compétitions, ni les honneurs d’être champion, ni dans les prix et les récompenses, mais en lui-même. On montre que son sens et sa jouissance propres résident dans un affect spécifique, le sentiment d’indéfinitude, affect ressenti dans et par la ligne de fuite qui entraîne le corps sportif quand il est porté à son excellence propre. »

Librairie la Mémoire du Monde 36 rue Carnot  84000 Avignon
tel 04 90 85 96 76, lamemoiredumonde@yahoo.fr

Le corps en fuite de Philippe Mengue

Philippe Mengue, agrégé et docteur d’Etat en philosophie, a publié de nombreux essais, dont, aux Editions Kimé, une étude sur Deleuze, Le Système du multiple, et sur Sade, L’ordre sadien. Récemment il a fait paraître : Faire l’idiot, la Politique de Deleuze, Germina, 2013. A paraître, chez Kimé, automne 2015 : Espaces et lignes de fuite 

Publier
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Reddit] [Twitter] [Email]

Rencontre-débat autour de l’œuvre de SADE

Rencontre-débat autour de l’œuvre de SADE, JEUDI 18 décembre 2014 à 17h à la bibliothèque d’Apt

Hans Johansson et moi-même, Philippe Mengue,
vous invitons à une rencontre –débat autour de l’œuvre de Donatien Alphonse François DE SADE
dont on a commémoré le bicentenaire de sa mort, le 2 décembre 2014.

Cette réunion se tiendra à la bibliothèque d’Apt, place Carnot, qui nous reçoit généreusement,
le JEUDI 18 décembre 2014 à 17h.

À cette occasion, il sera lu quelques passages de son œuvre par la comédienne Giulia Ronci.

Pourquoi cette œuvre, qui, si elle n’était mise sous le prestigieux nom d’un auteur édité dans la collection de la Pléiade, serait aujourd’hui considérée par le public comme simplement « pornographique » ou même intolérable (éloge du viol, etc.), pourquoi donc, cette œuvre a-t-elle traversé les siècles et fasciné une partie de l’intelligentsia contemporaine ?

C’est autour de ces questions et d’autres — qu’il vous sera loisible de poser — que nous aurons le plaisir de débattre.
Donatien Alphonse François DE SADE

Publier
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Reddit] [Twitter] [Email]