Archives mensuelles : décembre 2009

"UTOPIES ET DEVENIRS DELEUZIENS" de Philippe Mengue

Chers amis, je viens de publier aux Editions L »Harmattan, Paris, décembre 2009

UTOPIES ET DEVENIRS DELEUZIENS (voir ci-dessous)
amitiés et bonne année !
votre Philippe Mengue

« L »utopie, en ces moments de crise économique et civilisationnelle, devrait-elle redevenir une démarche nécessaire au politique et au philosophe ?
Cet essai envisage cette question à partir de l »enreprise soustractive qu »opère Gilles Deleuze sur cette notion. Deleuze soutient une position originale qui, sans annuler complètement le concept d »utopie (il est solidaire de la critique nietzschéenne et spinosiste de cette notion), permet d »en construire un sens nouveau.
A travers son questionnement sur la philosophie, sur le cinéma, l »œuvre de Foucault, la littérature, Deleuze ne cesse d »invoquer l »idée d »un peuple absent et à venir : comment comprendre cette référence  constante de Deleuze ? Cette problématique, discrètement au centre de son œuvre, nous renvoie à son ontologie du virtuel et du temps.
D »une façon générale, cet essai veut  montrer que l »utopie, revue par Deleuze, ouvre un questionnement nécessaire concernant les problèmes fondamentaux de la philosophie notre temps.»

Ce petit essai a pour base des cours donnés à l »Université Populaire d »Avignon en 2008.


Philippe Mengue, agrégé et Docteur d »Etat en philosophie, a publié de nombreuses études sur Gilles Deleuze, Sade, la question des peuples et de la démocratie. Il poursuit dans cet ouvrage son dialogue avec Deleuze et  son interrogation sur le monde contemporain.

Publier
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Reddit] [Twitter] [Email]

Compte-rendu du café philo du 18 décembre

Le café-philo sur « Simone de Beauvoir et le féminin », présenté par Valerie Walfard, s'est d'abord concentré” grâce à l'exposé de l'invité, exposé vivant et documenté qui a permis la lecture de longs passages du Deuxième sexe et des Lettres” sur des questions touchant à la vie et à la pensée de Beauvoir, ses relations amoureuses avec Sartre et son amant américain, la dernière photo parue à la une du Nouvel obs (maladresse, ont pensé certains), etc. Mais le café-philo ne s'est pas contenté d'anecdotes, puisque la question féminin fut au centre de l'exposé et du débat. Question éminemment difficile. D'une part, on a vu clairement que la domination des femmes exigeait une lutte pour leur émancipation de la tutelle masculine et des pouvoirs en place” combat que Beauvoir (toujours un peu trop mythifiée ont souligné d'autres) a la première vraiment théorisé et enclenché surtout avec le relais du féminisme autour de mai 68. Mais d'autre part, on a eu du mal à cerner ce qui distinguait cette lutte de celle de tous les exploités de la terre (les noirs, les colonisés, les chômeurs, les ouvriers, les peuples du tiers monde Or l'idée du « féminin » exigeait qu'on creuse ce qui fait d'une femme une femme. Qu'est-ce que le féminin ? Peut-on le définir ? Quelle place accorder au corps et au « sexe », dans la définition de la femme (il fut rappelé que la première figuration que la préhistoire nous ait laissé de l'être humain furent ces statuettes aux formes abondantes, comme la venus de Lespugne, moins 20 000 ans, incarnant la fécondité) ? S'il a semblé difficile de sous estimer cet aspect (fécondité, sexualité), en même temps il a paru tout aussi difficile de le gommer au profit de relations fondamentales plus spirituelles, comme cette idée que la femme c'est d'abord l'accueil, ce qui en premier accueille l'Autre (ici on a seulement évoqué le philosophe E.Levinas). Sans avoir répondu à notre question, nous avons eu le sentiment, bien fondé, d'avoir approché plus authentiquement l'énigme que constitue la femme.

Ph Mengue animateur du café-philo d'Apt.

Publier
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Reddit] [Twitter] [Email]

Café philo du Vendredi 18 décembre

Café philo du Vendredi 18
Animé par Philippe Mengue

« Simone de Beauvoir et le féminin »

Présenté par Valérie Walfard
A 18 h 30 au café « Le Louvre », place de la Bouquerie, 84400 Apt

Prochains café-philo :
Vendredi 29 janvier : « Le risque » par Antoine Le Menestrel.

Publier
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Reddit] [Twitter] [Email]