Compte-rendu du café philo du 27 novembre

Compte-rendu du café philo du 27 novembre
sur le LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET PARTAGE

Nous avons eu un débat centré essentiellement sur la question d’un nouveau modèle de développement (sa nécessité étant supposé acquise). A partir de l’exposé clair et concis de Christian, nous avons été confronté au débat suivant : à l’idée de développement durable (ou soutenable) certains opposaient (ou le radicalisaient ?) un modèle dit de décroissance. Nous avons tenté de voir ce que recouvraient la différence entre ces deux modèles, leurs liens d’opposition ou de complémentarité possibles. Qu’entendre par décroissance ? En quelle sens est-elle alternative au Dvlpmt durable ? etc.
Nous avons vu aussi émerger l’idée que ces deux modèles étaient peut-être travaillés de façon sous-jacente par deux visions philosophiques différentes concernant les rapports de l’homme et de la nature.
” L’homme a-t-il pour destin de s’insérer dans et de se soumettre à une nature qui l’englobe avec ses cycles et ses rythmes, son temps qui n’est pas le temps historique ajusté sur l’avenir, le travail, la production, le « progrès », etc. ? Le capital naturel est précieux, un trésor à conserver, à maintenir pour les générations futures. D’où, peut-être, le dvlpmt durable ou la décroissance.
” Ou bien l’homme a-t-il pour vocation, au contraire, de se soumettre la nature et de la diriger vers les fins qu’ils posent ou inventent, ainsi que les hommes se sont pensés depuis la Renaissance ? Il faut alors parier sur le principe que le capital naturel détruit peut être toujours remplacé par un capital technique transmissible aux générations futures, grâce aux développements des sciences, de la recherche fondamentale et des technologies.

Ce sont bien, semble-t-il, deux paradigmes culturels divergents et ils animaient en sous main les débats. Pour moi-même cette opposition classique est à retravailler car ces options philosophiques sont peut-être insuffisantes toutes deux. Ce qui nous conduit à devoir en élaborer une autre …

Philippe Mengue

LE DEVELOPPEMENT DURABLE ET PARTAGE
texte de CHRISTIAN BARTHELEMY
Aspects économique et social.

Face à l’accélération du réchauffement climatique (Arctique), il devient urgent de donner un contenu précis à l’idée d’un nouveau modèle de développement et de le traduire en programme cohérent de réformes radicales pour une action gouvernementale.
La croissance est nécessaire pour assurer le plein emploi et les recettes de l’état, qui servent à financer la politique économique et sociale ,grace à la fiscalité.Principe même de la redistribution.
Les moteurs de la croissance sont:L’Investissement,l’Emploi,la Consommation.
La consommation actuelle, seul moteur véritable de la croissance,faiblit du fait de la montée du chomage,la perte de pouvoir d’achat,la baisse de confiance.
La conséquence directe étant une chute de la production,de l’investissement,une augmentation du chomage et des inégalités.
Le tout étant basé sur la recherche du profit à court terme,ne tenant pas du tout compte de la problématique du réchauffement climatique.

De plus la partie sur-consommation porte souvent sur des produits non durables,gourmand en énergies et polluants,tant pour leur fabrication,que pour leur transport,sans respect des normes sociales et environnemental.
C’est ce cercle vicieux qu’il faut briser.
Cette orientation de la croissance est à l’origine du réchauffement climatique et de l’augmentation des inégalités
Il est donc nécessaire de réorienter la croissance vers un nouveau modèle de développement,qui préserve l’environnement,économise les énergies fossiles,réduise les inégalités,sans remettre en cause le progrés et le confort des citoyens consommateurs.
Nous devons stimuler la demande par l’innovation,la R.D.,donc la production de biens durables,technologiquement avancés,respectant les normes sociales et environnementales.
Ces biens peuvent satisfaire la demande des P.V.D.,avec des transferts de technologies,à travers une coopération plus équitable.
L’innovation favorise la compétivité des entreprises,évite les délocalisations,crée de nouveaux emplois,sécurise les parcours professionnels.
L’innovation permets de diminuer les risques sanitaires,la pollution,les accidents,la production de G.E.S.,les déchets,et améliore la sécurité alimentaire.
Ce nouvelle croissance « Verte »permet la création d’emplois durables ,donc plus de pouvoir d’achat,plus de confiance,plus de consommation,plus de production de biens durables,donc plus d’emplois,ce qui crée un nouveau cercle vertueux.
C’est aussi une autre politique énergétique ambitieuse fondée sur les économies d’énergies(négawatt),l’éfficacité énergétique,la promotion de solutions renouvelables,diversifiées et décentralisées.
Cette autre politique jouant un role majeur notamment à travers les déplacements,dans l’organisation de la société et les conditions de travail.
Pour réussir cette réorientation de la croissance,il est impératif d’avoir le soutien du citoyen consommateur,donc de lui offrir rapidement une alternative de consommation écologique à cout raisonnable,pour éviter de transformer la redistribution de la fiscalité verte en une usine à gaz (Taxe Carbone)
Il faut donc allumer le moteur Investissement trés rapidement.
L’état est le seul levier capable d’assurer rapidement l’investissement nécessaire et la réorientation de la croissance à travers la fiscalité écologique.
Cette fiscalité devra tenir compte de critères sociaux et environnementaux,éthiques et éfficaces,par l’utilisation d’instruments nouveaux(options réelles),
Cela nécéssite la remise à plat de la fiscalité donnant la priorité à l’impot sur le revenu,garant de la justice fiscale et d’unne redistribution réduisant les inégalités..
Pas plus d’impots mais mieux d’impots.
Définir un plan « Marshall écologique » sur l’innovation,la recherche,l’économie verte,l’emploi,financé par un grand emprunt de solidarité.
Conceptualiser de nouveaux indicateurs du niveau de vie remplaçant le P.I.B et prenant en compte équitablement ,développement économique,progrès social et préservation de l’environnement.
Cette politique doit etre mis en oeuvre en tenant compte des experiences régionales et locales.

Publier
[del.icio.us] [Digg] [Facebook] [Google] [LinkedIn] [Reddit] [Twitter] [Email]